Mathis Poulin

Allons de l'avant

Prix régulier $14.00
Support :

Grâce à la diversité des thèmes abordés et des ambiances musicales, « Allons de l’avant » séduit, accroche et embarque l’auditeur. L’album dévoile à chaque nouvelle écoute de subtils détails sur le plan des arrangements. Elaboré dans un contexte de restrictions de liberté lié à la situation sanitaire, l’opus apparaît d’une certaine manière comme une lueur d’espérance au cours d’une interminable épreuve collective. Enfin, il permet à Mathis Poulin de passer un nouveau palier dans sa progression artistique et de s’affirmer en tant qu’auteur-compositeur inspiré et interprète impatient de faire vivre ces douze compositions sur scène.


« Allons de l’avant » est également le titre qui ouvre l’album. L’injonction est positive, le flow est impeccable, entre rimes et jeux de mots. Séduit par une

rythmique implacable, l’auditeur se laisse emporter dans une ambiance funky et groovy, un peu à l’image d’une version modernisée de « La groupie du pianiste » de Michel Berger. Mais la légèreté n’est pas de mise car il s’agit en premier lieu de dénoncer des « tarés [qui] ont toutes les tares de la terre ». La condamnation est sans appel, telle une charge à l’encontre des puissants de ce monde qui cherchent en permanence à réduire au silence les plus démunis. Changement d’univers avec « Les bons mots » qui décrit les déboires d’un dragueur souvent « loser » et de toutes les difficultés rencontrées dans l’art de séduire sans tomber dans le ridicule. Moderne et dynamique, la composition fait penser au style musical de Ben Mazué ou encore du collectif Fauve, le texte rappé étant soutenu par une instrumentation electro-rock. Elle se conclut de manière positive, comme une note d’espoir pour les malheureux en amour.

L’amour prend une dimension hautement symbolique, internationale et géo-politique sur « Roméo et Juliette 2.0 ». Mathis Poulin chante les couplets tandis que Lucile Michaud se charge des refrains. Les paroles du rappeur Haltess interrogent sur la possibilité de s’aimer au-delà des différences de cultures et de religions : « Elle a son voile, lui sa kippa, pourquoi cela ne conviendrait pas » ? En espérant que des réponses positives puissent un jour être apportées à ces  questionnements universels, ce remarquable duo souligne l’importance des valeurs humanistes afin de combattre l’obscurantisme.

« Marcel ment » est une délicate composition qui évoque les souffrances morales engendrées par le monde du travail. L’ambition est de dénoncer les  agissements des petits chefs dans les entreprises qui abusent trop souvent de leur pouvoir. Sur ce titre co-écrit avec Philippe Poulin, père du chanteur, l’influence de Gauvain Sers est perceptible. La douceur apparente du chant tranche singulièrement par rapport au choix des mots, sans concession, pour que les « petits pros du harcèlement » répondent enfin de leurs actes et cessent de pourrir la vie de tant de salariés.

Longtemps intitulée « Le mal », « La haine » est une chanson politique menée tambour battant pour affirmer un rejet absolu des discours d’intolérance qui gagnent

du terrain à chaque élection, comme en témoignent les scores d’un parti dont le patronyme sonnerait un peu comme « fion national », à moins que la rime ne

fonctionne plus aussi bien à présent vu qu’il s’agit désormais de « rassemblement ».

« Esprit es-tu là » ? est incontestablement le titre le plus heavy de l’album. Entre AC/DC et Téléphone, le rock est tendu, incisif et ironique. La composition est le fruit d’une autre collaboration père-fils. Comme le fit Woodye Guthrie en son temps, Mathis Poulin empoigne la guitare et donne de la voix pour combattre toutes les idéologies d’extrême-droite.

Le rythme reggae en intro de « Donnons-nous la main » embarque l’auditeur dans un délicieux tempo. Pourtant, les paroles sont adressées à un terroriste qui vient d’abattre des jeunes spectateurs à la sortie d’un concert. En tentant de le sermonner et de le faire réfléchir à ses actes, il en ressort un message d’optimisme pour un monde meilleur, uni et fraternel.

Porté par de douces sonorités qui font penser à certaines compositions de Renaud ou de Francis Cabrel, « Le roman » explore la palette des sentiments amoureux, notamment l’embarras ressenti lors de la tentation de renouer après une rupture.

« J’essaye en chanson » confie Mathis Poulin dans une ultime tentative jugée par lui-même de « désespérée » et « désespérante ». Dans une veine acoustique

semblable, le chanteur parvient à surmonter sa timidité, à transformer sa maladresse en raffinement pour déclarer sa flamme sur « Les roses blanches ».

Le ton est beaucoup plus léger sur « Ça pique » qui oscille entre Bénabar et Fatal Picards. Il est question de la difficulté de concrétiser une nouvelle histoire d’amour et du risque d’être éconduit. Dans ce contexte, le rire est une bonne manière de relativiser l’échec amoureux. « Le jour que je déteste » accentue la volonté de tourner en dérision les questions sentimentales, en particulier des émotions négatives ressenties chaque année à l’approche de la St Valentin. Joué sur un tempo rapide, ce titre haletant est boosté par l’impatience du narrateur d’en finir avec cette maudite journée, malgré le découragement annoncé de savoir qu’il faudra sans nul doute « remettre ça l'année prochaine ». L’album se termine en apothéose par une chanson qui évoque le risque de séparation d’un couple et la fragilisation de l’unité d’une famille. Sincère et affectée, « Fais ce qu’il te plaît » s’étire bien au-delà de sept minutes et contient à la fois une forte charge émotionnelle et une intensité dramatique remarquablement maîtrisées. La stupéfaction fait place à la colère puis à l’acceptation avant de laisser briller des notes d’espoir. Quand les mots ne suffisent plus pour exprimer les sentiments, la guitare prend le relais, à l’image des parties épiques de chefs-d’œuvre tels que

« Stairway to heaven » (Led Zeppelin), ou « Child in time » (Deep Purple), hymnes hard-rock que Mathis Poulin vénère.

Label : PLN PROD
Date de sortie : 15/04/2022
Détails :
01. Allons de l'avant
02. Les bons mots
03. Marcel ment
04. Roméo et Juliette 2.00
05. La haine
06. Le roman
07. Donnons nous la main
08. Ça pique
09. Esprit es-tu là ?
10. Les roses blanches
11. Le jour que je déteste
12. Fais ce qu'il te plaît
Baco Shop

boutique en ligne de baco music

Paiement sécurisé

Via CB ou PayPal

Livraison 3 à 4 jours

Via Colissimo ou Lettre suivie

Service client

02 98 24 31 60